Je tenais à féliciter Nanobet pour son excellent Nano-Book consacré à la stratégie en cash game no limit full ring micro-limites. L’e-book s’adresse en particulier aux débutants désireux d’acquérir les bases d’un poker solide en commençant en micro-stakes, dans le but de gravir progressivement les limites une à une.

Sur la demande de Nanobet, j’ai rédigé un petit article sur la stratégie globale en micro-stakes et sur les différences d’attitude qu’on doit adopter en micro-stakes et en medium/high-stakes. Voici mon humble contribution :

Le poker est un jeu d’adaptation.
Mais avant de comprendre comment s’adapter, il faut comprendre le mécanisme qui va nous faire gagner au poker. Ce mécanisme s’appelle le Théorème fondamental du poker énoncé par Sklansky (dans son livre Theory of poker) :

« À chaque fois que tu joues différemment de la façon dont tu aurais joué si tu pouvais voir les cartes de ton adversaire, tu perds. À chaque fois que ton adversaire joue différemment de la façon dont il aurait joué s’il connaissait tes cartes, tu gagnes.»

Donc pour gagner, il suffit que ton adversaire fasse des erreurs, c’est-à-dire qu’il joue à l’inverse de la façon dont il aurait joué s’il connaissait tes cartes, et que tu en fasses moins que lui.

S’adapter au poker, c’est comprendre comment augmenter la fréquence d’erreurs des adversaires.  Et la logique veut que plus on augmente de limites, plus les adversaires sont expérimentés, donc font moins d’erreurs.

En micro-limites, la fréquence d’erreurs des adversaires est la plus élevée, donc la stratégie d’adaptation consiste à jouer un poker 100% hit-and-win qui consiste à :

  1. Jouer très tight
    1. Destaquer les joueurs avec minimum TPTK car il y a aura toujours des meilleurs spots à venir pour les destaquer, vu leur fréquence très élevée d’erreurs.
    2. Eviter les situations difficiles, les situations limites, car il y a aura toujours des meilleurs spots à venir vu leur fréquence très élevée d’erreurs.
  2. 0 % de slowplay
    1. Sauf peut être nuts quasi-indestructible comme carré au flop, full au flop.
  3. 0% de bluff
    1. Les joueurs inexpérimentés interprètent mal le sens des mises, donc offre le minimum de fold equity (chance qu’il fold).
  4. Value Better au maximum/ Protéger au maximum ses mains (miser à hauteur de 2/3 du pot)
    1. En respectant toujours le principe de croissance de Sklansky : « Petite main = petit pot, grosse main = gros pot »  (Ex : AdAc sur 6s7s8s => petite main => petit pot).

En plus hautes limites, la fréquence d’erreurs des adversaires diminue, et donc pour gagner il ne suffit plus de simplement patienter et attendre leurs erreurs en jouant un poker 100% hit-and-win. Il faut :

  1. Jouer un poker hit-and-win contres les « fishs ».
  2. Provoquer des erreurs chez les adversaires regulars (calcul du range et mettre en place des contre-stratégies). Par exemple :
    1. Ouverture de son range de 3Bet contre lui (s’il est trop loose agressif preflop)Double barrells contre lui (s’il float souvent).
    2. Slowplayer contre lui (s’il est trop agressif, ou s’il a une lecture parfaite de notre main (slowplay pour dissimuler)).
    3. Lui mettre la pression en jouant au maximum en position contre lui.
    4. Extraire le maximum de value en plaçant des thin-value-bet (value bet fins) au risque de se faire check-raise.
    5. Ne pas avoir peur de se mettre dans des situations délicates, car le bon joueur est toujours avantagé dans les situations les plus difficiles.

GL ;)

Attract